Oiseaux Club du Pays d'Herbauges.

Oiseaux Club du Pays d'Herbauges.

LA SANTE


Le mal de ponte.

L'importance du calcium sur la reproduction et le mal de ponte.

Nous avons tendance à donner régulièrement des suppléments vitaminés à nos oiseaux afin de palier aux carences liées à leur alimentation. Cependant, le Calcium est bien plus important que nous ne le supposions.

S'ils ont un rôle à jouer au niveau du tractus digestif, nous sommes persuadés que l'os de seiche ou le grit sont d'excellents suppléments en calcium. Il est en fait très difficile aux oiseaux (et d'ailleurs à tout autre animal) d'absorber le calcium en poudre ou sous forme solide. J'entends par-là, que la plupart de ces poudres ou os de seiche sont directement éliminés dans les fientes.

Avertissement, ceci n'est en aucune façon une publicité pour un produit, il se trouve que c'est le seul que j'ai expérimenté, mais je suis persuadé que d'autres marques sont toutes aussi bonnes (à vous de nous donner des retours sur vos produits po expériences).

Ce qui est difficile, c'est de réussir à ce que ce calcium se dissolve dans l'intestin. La formule de calcium liquide sur-saturée appelé CALCIVET est facilement absorbée et parvient rapidement jusqu'aux os, aux nerfs et aux muscles où il est nécessaire. C'est une source de calcium réellement efficace et vous n'en aurez besoin qu'une seule fois par semaine durant la plupart de l'année. Un taux insuffisant de calcium dans le régime alimentaire est probablement un problème plus sérieux que celui d'une carence en vitamine A.
Les symptômes de carence les plus fréquents chez nos oiseaux en période de reproduction sont :
·  Le mal de ponte (risque amplifié si la femelle est jeune) 
·  Des femelles affaiblies et une dépression générale. Combien d'éleveurs signalent que les femelles sont trop épuisées par l'élevage ou disent qu'elles ne peuvent plus bien voler ! Aucun oiseau nourri correctement ne doit être épuisé par une reproduction en captivité !!! 
·  Des œufs aux coquilles molles et minces 
·  Des petits morts dans l'œuf ( mauvaise qualité des coquilles ) et des couvées plus petites. 
·  Une formation osseuse déficiente 
·  Des pattes écartées chez les oiseaux au nid 
·  Une mauvaise coordination chez les jeunes ayant quitté le nid 
·  Des oiseaux manquant de force qui volent et se posent avec difficulté 
·  Parfois des oiseaux plus craintifs et/ou plus agressifs

CALCIVET que j'utilise depuis plusieurs années est constitué de 3 éléments liquides essentiels :
·  Le calcium qui participe au développement osseux, à la transmission de l'influx nerveux et à une bonne fonction cardiaque. Elimine l'excitabilité musculaire, la fatigue, le rachitisme et les troubles de l'œuf. 
·  Le Magnésium qui en association avec le calcium participe au développement osseux. Elimine l'excitabilité musculaire, la fatigue et les troubles cérébraux ; 
·  La vitamine D3 qui est la véritable vitamine anti-rachitique. Indispensable au contrôle de la calcémie, équilibre Calcium/ Phosphore.

Période d'utilisation de Calcivet
Calcivet peut être donné toute l'année. Pour ma part je ne le donne que durant les périodes suivantes :

  1. Période de préparation pour la reproduction soit pendant les 8 semaines qui précèdent la saison d'élevage. 1 jour par semaine en raison de 20ml (2 CAS) par litre d'eau de boisson. Pour augmenter la fertilité, la vitamine E sera, elle, donnée tous les jours durant les 2 dernières semaines de cette période (soit 1 jour où l'on aura Calcivet + Vit E dans l'eau de boisson)
  2. A partir de la saison d'élevage, CALCIVET est ajouté à la pâtée et non plus à l'eau de boisson de façon à ce que dés leur naissance les oisillons puissent en profiter. 2 fois par semaine en raison de 2 ml additionné d'un peu d'eau pour humidifier 100 grammes de pâtée. Le fabricant préconise 5 fois par semaine mais j'ai jugé que 2 fois c'était suffisant.

Mal de ponte

Si malgré, le respect de la procédure de préparation pour reproduction, il se produit qu'une femelle présente les symptômes du mal de ponte, deux solutions s'offrent à vous:

1 )  Prenez la femelle dans vos mains et vérifier son cloaque pour enlever l'hypothèse d'une diarrhée (celui ci doit être propre), faîtes chauffer de l'eau et tenez l'oiseau au dessus de la vapeur (attention à la distance, qu'elle ne se brûle pas) laissez la ainsi 10/15 minutes puis en la maintenant la tête légèrement vers le bas, graissez le cloaque avec une huile de table (a l'aide d'un coton-tige) et enfin reposez la au fond d'une cage au chaud, l'œuf devrait sortir au bout d'un temps plus ou moins long. Il est souvent nécessaire pour l'aider à expulser l'œuf de masser délicatement de haut en bas son ventre (attention a ne pas casser l'œuf, ce serait la mort assurée). Quand vous voyez le cloaque se dilater, poussez l'œuf délicatement vers la sortie, attention prenez votre temps !! Laissez la respirer entre chaque manipulation. L'opération peut durer une à deux heures, prenez votre temps avec elle, manipulez-la délicatement.

2 )  Donner 3 gouttes de Calcivet directement dans le bec à l'aide d'une seringue équipée d'un embout inox ou plastique. Et comme le fabricant l'annonce, votre femelle va finalement pondre leur œuf dans les deux heures qui suivent. Vous pouvez aussi si vous le souhaiter accompagner la prise de Calcivet par un massage délicat du ventre avec de l'huile d'amande douce.

Partisan de la deuxième méthode (c'est facilement compréhensible !) il m'est arrivé une seul fois d'être obligé d'accompagner la prise de calcivet d'un bain de vapeur sur une femelle roseicollis après quatre jours de rétention d'œuf (autant vous dire que je la considérai comme perdue !)

Ou trouver Calcivet ?
Ce produit conditionné en flacon de différentes contenances est fabriqué par une société anglaise The Birdcare Company. Il est vendu par un réseau de distributeurs dont vous trouverez facilement les coordonnées sur le net.

Son prix n'est pas donné mais que ne ferions nous pas pour nos oiseaux !
Pour savoir si un distributeur existe sur votre région, vous pouvez contacter : Sally en Angleterre ( elle parle français ) par e-mail à l'adresse suivante : sally@BirdcareCo.com[/color]

 

Auteur : Georges Buonomano avec son aimable autorisation

http://canariphoceen.skyrock.com/


22/01/2014
0 Poster un commentaire

La Psittacose

La psittacose (également nommée ornithose-psittacose) est une infection transmise par les oiseaux due à une bactérie, Chlamydophila psittaci. Cette bactérie peut être pathogène chez les oiseaux (chlamydiose aviaire). 

Elle se transmet des oiseaux à l’homme avant tout par inhalation d’aérosols de poussières contaminées ou de fientes d’oiseaux infectés ou à leur contact direct.

Chez l’homme, la psittacose est une maladie rare, pouvant être grave, Elle se manifeste par un syndrome grippal et une pneumopathie ; il existe également des formes inapparentes ou discrètes de type syndrome pseudo grippal.
 
Ce n'est pas à prendre à la légère, c'est ce qui a motivé chez moi l'arrêt de tout élevage en intérieur, après dix jours d'hospitalisation en décembre 2012 ou ma température était si élevée que malgré des bains de glaçons, je me suis cassé l'émail des dents tellement je grelottais !
 

Agent

La bactérie responsable de la psittacose est Chlamydophila psittaci, de la famille des Chlamydiaceae.

Réservoir

Les infections aviaires à Chlamydophila psittaci ont une répartition mondiale et touchent de nombreux oiseaux sauvages ou d’élevage : plus de 139 espèces d’oiseaux appartenant à 14 ordres et à 30 familles peuvent être infectées. Il s’agit notamment des canards, dindes et oies mais également des perruches, perroquets, canaris, tourterelles… 
La symptomatologie est variable suivant les souches et les espèces. Si les psittacidés (perroquets, perruches,..) sont habituellement malades, les volailles, notamment les canards, sont le plus souvent asymptomatiques. 
Les oiseaux infectés, qu’ils soient ou non malades excrètent la bactérie dans les sécrétions respiratoires et les déjections, en particulier dans des conditions de stress (surpeuplement, carences nutritionnelles, transports, …). Les oiseaux se contaminent entre eux essentiellement par voie respiratoire ; toutefois, la transmission verticale in ovo est également possible.

Mode de contamination

La contamination humaine, essentiellement par voie respiratoire (inhalation d’aérosols de poussières ou de fientes contaminées), est favorisée par les contacts rapprochés avec les oiseaux infectés ou leurs déjections (manipulations, soins, nettoyage des cages, etc..). La transmission inter-humaine, possible en théorie, est exceptionnelle. 
Il n’y a pas de transmission alimentaire par consommation de viande ou d’œufs.

Epidémiologie

La psittacose chez l’homme ne fait pas partie des maladies à déclaration obligatoire. Sa fréquence, mal connue, est estimée par le Centre national de référence des Chlamydiae, à 20 à 30 cas diagnostiqués par an. Cependant la psittacose est probablement sous diagnostiquée. 

De 1997 à 2007, 10 épisodes de cas groupés ont été identifiés et investigués : 3 épisodes familiaux liés à des psittacidés, 6 épisodes en milieu professionnel (4 en abattoirs et 2 en élevages) et 1 lors d’une exposition d’oiseaux d’ornement.

Clinique

L’incubation varie de 1 à 2 semaines 
La maladie est souvent bénigne avec un syndrome pseudo-grippal (fièvre, céphalées, myalgie) et une toux sèche. Elle peut être plus grave avec une pneumopathie atypique sévère, ou plus rarement une forme extra-pulmonaire (encéphalite, myocardite, etc), qui peut être mortelle.

Diagnostic

Le diagnostic direct par isolement sur culture cellulaire est difficile. Par contre, il peut être réalisé par PCR sur prélèvement pharyngé par le Centre national de référence (CNR) des Chlamydiae (Université Victor Ségalen Bordeaux 2, 146 rue Léo Saignat, 33076 Bordeaux cedex).

Le diagnostic sérologique peut être réalisé par différentes techniques commercialisées : fixation du complément, ELISA ou micro-immunofluorescence (technique de référence). L’interprétation des résultats est difficile : elle dépend de la date du prélèvement par rapport au début des signes et il faut tenir compte d’une faible spécificité des tests (réaction croisées avec de nombres autres espèces bactériennes).

Traitement

Le traitement de la psittacose est à base d’antibiotiques adaptés, le plus difficile étant de trouver le bon, chaque pneumonie atypique réagissant différemment.

Prévention

Dans les élevages d’oiseaux familiaux, il faut insister sur l’hygiène des cages et des volières, sur le port de protections individuelles (masque et gants) lors de du nettoyage des cages et des volières et sur la nécessité de se laver les mains après avoir touché les oiseaux. 

En cas de fièvre inexpliquée ou de toux, il est recommandé de consulter son médecin et de lui signaler des contacts avec des oiseaux.

En milieu professionnel, des mesures de prévention individuelles et collectives sont particulièrement recommandées dans les lieux à risque (élevage de volailles, couvoir, abattoir,etc) voir fiche téléchargeable dans le dossier « zoonoses en milieu professionnel ».

Déclaration

La psittacose, sous sa forme humaine, n’est pas une maladie à déclaration obligatoire. 
Elle peut être reconnue comme maladie professionnelle par le régime agricole (RA 52) ou le régime général (RG87) de la sécurité sociale. 

En 2008 et 2009, une étude sur la psittacose est menée dans 15 départements du sud-ouest et de l’ouest de la France afin de mieux connaître la fréquence et les caractéristiques des cas de psittacose hospitalisés. Cette étude est conduite par l’Institut de veille sanitaire (InVS), les Cellules interrégionales d’épidémiologie (CIRE), le CNR et l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) en collaboration avec les directions départementales des affaires sanitaires et sociales (Ddass) et les directions départementales des services vétérinaires des départements concernés

La maladie animale est à déclaration obligatoire depuis février 2006.


12/02/2014
1 Poster un commentaire

Le blocage du jabot.

Définition d'un blocage du jabot:

  

Il s'agit de la présence d'une stase (Ralentissement important ou arrêt de l'écoulement d'un liquide dans l'organisme) dans le jabot, la pâtée n’est plus assimilée et reste statique dans le jabot non fonctionnel.

Il s’agit d’une urgence vitale pour l’oiseau et le temps de réaction très court est impératif pour pouvoir sauver l’oisillon faute de quoi, malheureusement, il mourra en 48 heures de déshydratation, et d'hémorragie interne, il n'aura plus que la peau et les os.

On reconnait un début de blocage, lorsque l'on nourrit un oisillon à la main et si au repas suivant il ne s'est vidé que de moitié, à ce moment je ne prends plus aucun risque et commence à donner du vinaigre de cidre, je mets une goutte de vinaigre pour 3 ml de pâté pendant deux jours, puis je surveille la digestion. A la moindre alerte je recommence. Il est primordial de surveiller les fientes: les fientes verte et ou d un brun beige sont normales. Par contre des fientes brun noir ou vert foret très très foncé, c'est signe que l'oisillon ne se nourrit plus et la déshydratation commence entrainant une issue souvent fatale.

Si l'on n'entreprend aucune action à ce moment et que l'on attende pour voir au prochain repas, le jabot sera vraiment bloqué et un vidage total s`avèrera nécessaire.

 

Causes: 

 

Température de la pâtée et température extérieure: la pâtée donnée est trop froide alors qu’elle doit être impérativement aux alentours de 35°c.

Ou alors, le jeune a froid et il dépense de l’énergie à se réchauffer, s’épuise et ne parvient plus à digérer.

Onctuosité: une pâtée trop épaisse peut conduire à un blocage. Les premiers jours de vie, ce sera plutôt une solution hydratante, à peine chargée de poudre de pâtée. Puis on passe à partir de 5 jours à une « pâte à crêpes », puis à la « pâte à gâteaux » à partir de 15 jours. Enfin une pâte épaisse jusqu’au sevrage.

Jabot non vidangé: si le jabot contient encore de la pâtée de la distribution précédente, il est dangereux de le recharger. Des bactéries peuvent en effet se développer dans la pâtée qui stagne au fond du jabot.

Candidose: (infection fongique causée par des levures du genre Candida) il faut également s'assurer qu'il ne s'agit pas de candidose, car un milieu acide aide le champignon à se développer

 

Remèdes:

  

On peut utiliser soit du jus de pomme, soit plus couramment du vinaigre de cidre dont les propriétés contribuent au bon fonctionnement du système digestif. Entre autre, ces produits favorisent la digestion lente et créent des conditions favorables au renouvellement de la flore intestinale, en augmentant les enzymes. Les propriétés sont donc multiples : Aident à la digestion et favorisent la flore  intestinale, nettoient le canal urinaire et permet de maintenir une solution acide. Ils aident également à éliminer les toxines, en étant adjuvant au drainage et au nettoyage des différents filtres de l’organisme (foie et reins en particulier). Enfin, ils préviennent les problèmes de constipation, de spasmes et les gaz intestinaux.

 

Le facteur le plus important est le facteur temps. Plus on tarde à déceler un blocage de jabot, moins on laisse de chance de survie à l’oiseau.

 

En premier lieu, il faut vidanger le contenu du jabot et l'on dispose de trois méthodes :

 

1 - On essaye de relancer la digestion de façon naturelle en introduisant dans le jabot du jus de pomme ou du vinaigre de cidre chaud (35 à37°). Leurs propriétés acides favorisent par divers mécanismes le «redémarrage» de la digestion. Un massage du jabot aide à désagréger le contenu du jabot.

 

2 – Après lui avoir donné 2 ml d'eau additionnée de 3-4 gouttes de vinaire de cidre (le tout à 35°) et après un léger massage du jabot afin de tenter de diluer la stase, il faut positionner l'oisillon tête en bas du côté de l'œsophage, puis effectuer une légère pression sur le jabot afin de faire ressortir la nourriture.

 

3 - La troisième méthode plus délicate parce que demandant des gestes techniques est à réserver à des personnes plus expérimentées dans la manipulation de matériels spécifiques et de l’oiseau. Elle consiste à introduire une sonde dans le jabot pour en vidanger le contenu par aspiration buccale de l’éleveur. Une fois cette opération effectuée, il est nécessaire de rincer le jabot à l’aide d’une solution à base de vinaigre de cidre diluée à 50% avec de l’eau de Volvic (ou du sérum physiologique) à 35°c : il faut pour cela injecter la solution dans le jabot et la vidanger dans la foulée.

 

Précautions: 

 

Suite à un blocage du jabot certains éleveurs recommandent la compote de pomme afin d'aider la digestion !!!

Etant donné que c'est une infection à levure (Champignon), et que les levures se nourrissent de sucre, la compote est à proscrire, car il y aura prolifération des champignons très rapidement.

 

Et après ?  

 

Après un blocage de jabot, si l’oiseau a été sauvé, il est impératif de réintroduire l’alimentation progressivement. Pour cela, la pâtée devra être très légère (très diluée), à température et distribuée fractionnée, c'est-à-dire en plusieurs prises sur la journée (au moins le double qu’auparavant) et en quantités réduites.

Il ne faut surtout pas donner une pâtée trop épaisse pour tenter de rattraper un retard de croissance, cela ne ferait qu’aggraver le problème.

 

 

Sources: Divers ouvrages et Sophie DUMAS  Patrick LAFFONT

 


22/01/2014
9 Poster un commentaire

La colibacillose ou gastro-entérite infectieuse.

La colibacillose ou gastro-entérite infectieuse.

La colibacillose est une maladie des oiseaux plus exactement une gastro-entérite infectieuse. L'oiseau peut se trainer cette maladie durant de longs mois jusqu'à un affaiblissement général et parfois la mort . Cette maladie est contagieuse aux autres oiseaux proche du sujet malade .
Cette maladie peut également se transmettre aux embryons des œufs couvés. le ventre des parents atteints étant humide, la transmission se fait par la porosité des coquilles


Comment détecter une colibacillose
Ce n'est pas trop compliqué , l'oiseau sort des fientes liquides , les plumes du cloaque sont embourbées de fientes beige et blanche , le nid aussi est tapissé de fientes beige . Parfois l'oiseau éjecte difficilement une grosse fiente glaireuse toujours à dominance beige . L'oiseau n'est pas spécialement en boule et souvent il fait la toilette de son cloaque. Normalement la fiente doit être noire et blanche donc c'est très facile à repérer.

Comment soigner une colibacillose
Il faut utiliser un antibiotique aviaire . Vous pouvez commander chez votre pharmacien. Bien que nécessitant une ordonnance, souvent les pharmaciens sont compréhensifs.
L'Ocemycine étant retiré de la vente, je vous conseille (parmi d'autres) ENTOCUNIMYCINE des laboratoires Biové.

Après une semaine de traitement prévoir un probiotique pour reconstituer la flore du système digestif de l'oiseau traité ainsi que des vitamines .

 


22/01/2014
6 Poster un commentaire

Acariase respiratoire et Mycoplasmose.

Acariase respiratoire et Mycoplasmose.

 Un petit acarien de 0,5 mm dans la trachée provoque respiration difficile, sifflements, claquements du bec. L'oiseau a une respiration bruyante sans être enrhumé. Il ouvre souvent son bec et semble perdre son souffle ou vouloir cracher un corps étranger sans succès.

Le Traitements de l'acariase respiratoire

Au choix, suivant les possibilités (ne pas associer plusieurs traitements contre l'acariase)

1ère méthode

Mélanger à 100g de graines très légèrement huilées 2 grammes d'une poudre contenant du carbaryl à 5% par exemple Poutic des laboratoires Ornis, Carbyl des laboratoires Thekan, Océnet des laboratoires Oce Virbac.

(La solution la plus pratique pour huiler les graines est la suivante)

Mettre une goutte d'huile de tournesol sur la paume des mains bien lavées et séchées, puis en malaxant dans ses mains les 100g de graines, on les huile uniformément et sans excès. 
Verser les 2 grammes de poudre au carbaryl 5% et malaxer de nouveau pour en imprégner la surface huilée des graines. 
Donner ce mélange de graines aux oiseaux pendant 2 jours avec de l'eau fraîche pour la boisson.

2ème méthode

Déposer sur la membrane alaire ou la peau de la nuque de l'oiseau, une goutte d'un produit contenant environ 1% d'Ivermectine. C'est la méthode que j'utilise avec succès.

3ème méthode

Recouvrir entièrement la cage d'un tissu. Vaporiser dans la cage, pendant 5 secondes, une bombe insecticide spéciale « Oiseaux ». Par exemple Séribombe ou Aca Respir, vendues en animalerie. Ne pas se servir d'un insecticide en bombe habituellement utilisé dans les habitations. Laisser agir environ 10 minutes, pas plus. Recommencer tous les 4 jours, au total 5 traitements. Ce traitement est répété, afin de détruire toutes les générations des acariens, même si l'oiseau semble guéri.

Ne pas mélanger les traitements anti-acariens entre eux (par exemple carbaryl + bombe).

Si aucune amélioration n'est constatée après le traitement de l'acariase respiratoire, on peut soupçonner une Mycoplasmose

La Mycoplasmose

C'est également une des causes importante de troubles respiratoires chez les canaris adultes. On peut la confondre avec l'acariase respiratoire.

La tylosine est particulièrement efficace. C'est une maladie peu contagieuse, à évolution lente. Elle peut se transmettre aux oisillons par les parents qui en sont atteints au moment de la becquée. Elle est due à une bactérie le mycoplasme.
Le Tylan (tylosine) est un antibiotique du groupe des macrolides et c'est un produit utilisé principalement pour traiter les maladies respiratoires, pour son action sur les mycoplasmes.

La dose à donner dans l'eau de boisson est pour les canaris de 0,5 gramme/litre d'eau que vous pouvez conserver au frigo pendant 3 jours. Maintenant pour un oiseau, vous pouvez en préparer un peu moins. Par exemple 1/2 litre d'eau avec 0,25g de TYLAN. Ainsi comme vous devez recommencer ta préparation après 4 jours, vous aurez moins de gaspillage.

Le contenu de l'abreuvoir doit être renouvelé chaque jour.

Cependant, le traitement est long puisqu'il doit être administré pendant quatre semaines entrecoupées chacune d'une semaine avec uniquement eau pure et vitamines. On peut se passer d'un probiotique car le Tylan a très peu d'effet secondaire et ne détruit par la flore intestinale.

Donc une semaine Tylan, une semaine eau pure et vitamines, une semaine Tylan, et ainsi de suite jusqu'à avoir quatre semaines de Tylan.

Une astuce : Pour obtenir 0,25g de Tylan, remplir une dosette (rase) de 1g que l'on peut trouver dans les flacons de vitamines Orlux ou Nekton et verser le contenu sur une feuille de papier blanc. Ensuite avec une lame de couteau, faire 4 parts égales.

Sources: fauneeuropeenne

Auteur: Sur la base d'un article de Georges Buonomano avec son aimable autorisation

 


22/01/2014
5 Poster un commentaire